Apéro été improvisé

A l’impulsion de Esomar, de Isabelle Fabry ActFuture, Ketty Faivre SNCF, Anne-Sophie Damelincourt Blue Lemon, la
Communauté du Market Research (Etudes de Marché en Français) se donne rendez-vous pour un apéro surprise d’été
au Fluctuart ce jeudi 30 juin à 19H00.
Créatif, engagé, modulable et innovant, comme l’est la communauté du Market Research, Fluctuart est le
premier centre d’art urbain au cœur de Paris, au pied du pont des Invalides, rive gauche.
Fluctuart répond à l’appel à projets « Réinventer la Seine ». Pour  Gérard Ronzatti, président de Seine Design et architecte du
bâtiment, cette réinvention nécessite la proposition d’une nouvelle relation avec l’art, plus intuitive et immersive.
La Seine, espace ouvert dédié à tous, est l’occasion de repenser ce lien. En proposant des références architecturales spécifiques à la rivière, Fluctuart renverse les codes des musées et des centres
d’art.
Aussi, c’est avec un immense plaisir que s’y réuniront les acteurs (annonceurs, fournisseurs, instituts d’études, responsables
d’associations) pour cet apéro d’été surprise le jeudi 30 juin 2022. Le Best Of de Esomar et les 75 ans de Esomar seront fêtés le 29septembre 2022 lors du cocktail du Printemps des Etudes qui se
déroulera au Palais des Congrès.

Où en est le marché des études en France ?
Depuis 2010, la production des études de marché et sondages croît à un rythme modeste, nettement inférieur à la moyenne des services marchands (+ 1,0 % par an entre 2010 et 2019 en volume, contre + 2,9 % pour l’ensemble des
services marchands).

Le secteur se distingue par une forte concentration de l’activité, très implantée en Île-de-France, et une prédominance des grands groupes internationaux. La main-d’œuvre y est qualifiée (38 % des salariés sont des cadres).
Le processus de production repose largement sur la sous-traitance (60 % des consommations intermédiaires).
Depuis 2010, du fait de l’émergence des mégadonnées, le secteur emploie un personnel moins nombreux mais plus qualifié, ce qui a généré une augmentation des frais de personnel et s’est accompagné d’une baisse du taux
de marge (– 4 points).
En 2020, le secteur des études de marché et sondages a été affecté par la crise sanitaire, les achats d’études étant une des premières variables d’ajustement des entreprises en temps de crise (– 11 % du chiffre d’affaires). La situation se
redresse à partir du 4 e trimestre 2020 : en juin 2021, le secteur a retrouvé le niveau des ventes de juin 2019.

Une prédominance des multinationales Les filiales de groupes multinationaux ne regroupent en 2019 que 5 % des
unités du secteur, mais elles génèrent 71 % de son chiffre d’affaires. La dynamique est en leur faveur : leur poids dans les ventes a crû de 19 points entre 2010 et 2019, ce renforcement étant particulièrement rapide en début
de période, après les restructurations occasionnées par la crise financière de 2009.
Au sein de cette population, les groupes étrangers (Kantar Group, IQVIA, Nielsen, IRI, etc.) occupent la première place, ce qui n’est pas nouveau : si leurs filiales françaises contribuent à hauteur de 42 % au chiffre d’affaires du secteur
en 2019, cette part était déjà de 36 % en 2010. Implantés dans de nombreux pays, ils multiplient les échanges transnationaux, favorisés depuis quelques années par le développement des big data. Ils réalisent 45 % de leurs ventes à
l’étranger.
Les multinationales françaises (Ipsos, Hermione, Médiamétrie, Ifop, etc.) n’assurent que 29 % des ventes du secteur, mais leur poids a crû sur la période (16 % en 2010). Elles exportent peu (15 % de leur chiffre d'affaires).

Une activité toujours plus concentrée

La production d’études de marché et sondages est très concentrée, géographiquement comme économiquement. Ainsi, en 2019, l’Île-de-France regroupe la moitié des unités légales du secteur, plus des deux tiers de ses
effectifs (69 %) et près des quatre cinquièmes de son chiffre d’affaires (78 %).De même, les cinq premières sociétés du secteur (en matière de chiffre d’affaires) emploient 23 % des effectifs en équivalent temps plein et totalisent
40 % du chiffre d’affaires du secteur. Cette concentration est supérieure à celle constatée dans les agences de publicité : respectivement, 21 % et 19 %. Cette tendance s’est accentuée au cours de la période, puisque, en 2010, le poids des
cinq premières sociétés n’était que de, respectivement, 17 % et 22 %. Elle s’explique notamment par le resserrement des budgets alloués aux études par les clients, qui a généré une baisse substantielle du nombre d’unités
légales (– 25 % depuis 2010) et le renforcement des principaux acteurs.
En 2019, le secteur des études de marché et sondages réalise un chiffre d’affaires de 2 289 millions d’euros (2 615 M€ en 2010). Il se compose de 2 441 unités légales (– 212 par rapport à 2010) : 86 % sont des entreprises
indépendantes (sociétés ou entrepreneurs individuels), 14 % des filiales d’un groupe. Parmi ces dernières, 129 (soit 5 % du total) sont filiales d’un groupe classé dans les études de marché et sondages.

Pour toute information : Isabelle Fabry 0660458760

Merci et à très vite au Fluctuart 

ACTFUTURE
Nous contacter
2, rue Saint-Paul
92200 Neuilly-sur-Seine - France
SARL au capital de 250 000 €
RCS 75 B 304 952 443 00030
16, rue André Gide
75015 Paris
0033(0)1 88 32 15 69
46, rue Victor Hugo
69002 Lyon
0033(0)4 28 29 85 31
contact@actfuture.com

    Les champs requis sont marqués d'un *
    ACTFUTURENotre siège social
    2, rue Saint-Paul
    92200 Neuilly-sur-Seine - France
    SARL au capital de 250 000 €
    RCS 75 B 304 952 443 00030
    Nos réseaux sociaux
    Suivez notre actualité sur les réseaux sociaux et restez connecté à nos nouveaux défis.